Liège en mode touriste

Parmi les villes à visiter en Belgique, Liège ne vient sans doute pas en première position. On pense d’abord à Bruxelles, à Gand ou Bruges, voire à Namur, avant d’envisager Liège. Pourtant, la cité ardente sait se faire séduisante. Pour ma part, je suis dans la délicate situation d’être dans une ville dans laquelle je travaille et que je ne visite pas. J’ai donc profité de la présence de ma famille en ville pour jouer les touristes.

Liège est une ville qui bouge relativement bien, portée par une forte présence étudiante qui se retrouvera le soir dans le Carré, centre historique regroupant bars et cafés en tous genres. Mais Liège est aussi une ville au passé chargé d’Histoire et de coutumes accumulées au fil du temps.

Suivez le guide

Photo : Marc Verpoorten, Ville de Liège

Découvrir Liège, c’est d’abord commencer par s’y promener en regardant autour de soi. J’ai donc emmené ma petite troupe vers le centre de Liège, en remontant le boulevard d’Avroy et les rues commerçantes pour rejoindre la Place Saint Lambert. Entre le Palais des Princes Évêques à une extrémité et les galeries St Lambert de l’autre, cette place vaut le coup d’œil, de jour comme de nuit. Elle est aussi un passage obligé vers l’un des quartiers les mieux préservé de Liège, la rue Hors-Château.

Avec plusieurs façades classées, la rue Hors-Château débute par un ancien Couvent, qui abrite aujourd’hui le Musée de la Vie Wallonne. Plus loin dans la rue… Vous voyez ces ouvertures entre deux maisons ? Ce sont autant d’impasses pittoresques, à moins que ce ne soit pas la fameuse cour St Antoine. C’est aussi par là qu’on accède à la Montagne de Bueren et à ses 374 marches. Nous l’aurons laissé de côté par manque de courage, mais une fois gravie, on profite d’une des meilleure vue de Liège.

Arrivés à la Collégiale Saint Barthélémy, facilement reconnaissable avec son style ottonien et ses couleurs blanches et rouges, nous avons dû faire demi-tour, l’après-midi touchant déjà à sa fin. Outre ces rues relativement préservées, nous aurons aussi croisé le chemin de bâtiments plus modernes, remis à neuf ou repensé de zéro. L’Opéra récemment rénové par exemple, mais aussi la Gare des Guillemins ou le centre Médiacité.

Et s’il avait plu ?

Nous n’avons pas passé tout le week-end en extérieur. Pour ceux qui auraient à braver la pluie ou le froid, la case musée existe, bien entendu. Chaque premier dimanche du mois, il y en a même quelques-uns qui sont gratuits. Si vous avez le temps, je vous conseille le Musée de la Vie Wallonne, déjà évoqué plus haut, ou encore le Grand Curtius, lui aussi près de la rue Hors Château. Les plus jeunes apprécieront peut-être davantage l’Aquarium-Museum – quoique, faut-il encore qu’ils aiment le poisson.

D’autres musées participent à l’opération, à Liège bien sûr, mais aussi partout en Wallonie.

Mais pour s’abriter, la meilleure excuse est encore de se restaurer. Et puis, si vous avez suivi le même itinéraire que nous, vous aurez certainement un petit creux. Je ne conseillerai aucun restaurant parce que nous avons quasiment été que dans des endroits que j’essayais pour la première fois (note au voyageur : il faut savoir prendre des risques). Mais il serait dommage de passer à côté des spécialités du pays liégeois, facilement reconnaissables : le café liégeois, la gaufre liégeoise, la salade liégeoise, le liégeois (mélange de sirop et de soda à l’orange).

Les boulets à la liégeoise

Un peu moins connus mais tout aussi traditionnels, le péket et les boulets liégeois (dit aussi boulets sauce lapin) achèveront de vous remplir la panse. Je pense que, de notre côté, on a réussi à tout cumuler en trois repas.

Pour faire des emplettes

Marcher donne faim, mais c’est aussi une bonne façon de digérer. Si en plus, vous souhaitez faire du shopping, deux options s’offrent à vous : le centre-ville, bien sûr, et un peu plus loin, la Médiacité, un centre commercial aux boutiques probablement suffisamment nombreuses pour fatiguer votre carte de crédit.

Si, comme nous, vous êtes à Liège un dimanche, ne manquez pas le marché de la Batte. Véritable institution, le marché s’étend le long de la Meuse pour réunir chaque semaine des milliers de personnes. On trouve de tout sur ce marché : des étales de poissons aux fromagers, des fruits et légumes aux coqs et aux lapins bien vivants, en passant par la maroquinerie et les habituels gadgets. Peut-être y trouverez vous un souvenir à emporter…

Le dimanche soir est finalement arrivé et j’ai souhaité un bon retour à ma famille, en leur rappelant que Liège est une ville où il fait bon revenir : pour le 15 août, durant les grandes festivités qui ont lieu en Outremeuse, en octobre pour la foire, ses manèges et ses laquements mangés sur le pouce ou encore en décembre pour le Village de Noël (l’un des plus anciens de Belgique !).

Non, un week-end, c’est définitivement trop peu pour tout voir. Vous trouverez une petite sélection de photos sur Photobucket. Auriez-vous organisé votre visite différemment ?

3 Replies to “Liège en mode touriste”

  1. […] du plus haut building de Scandinavie, construit par l’architecte Calatrava (et oui, le même qu’à Liège […]

  2. […] n’ont rien perdus de leur valeur, seulement dominés par la tour Calatrava (oui, comme à Liège ou Malmö), le symbole des Jeux Olympiques de […]

  3. […] accessible à partir de Liège, Maastricht est très connue par les Belges comme ville frontalière permettant de profiter […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.