En quête de Glendalough

Alors que je pensais avoir eu un bon aperçu de l’Irlande lors de mon premier voyage en solo là-bas, mes séjours ultérieurs n’ont fait que me détromper. A chaque fois que j’y suis retourné, j’espérais faire découvrir le pays à mes compagnons de voyage comme je l’avais moi-même trouvé, ce que je pense avoir réussi à faire. Ce que je n’avais pas prévu, c’est qu’être accompagné me pousserait à aller plus loin, dans des endroits que j’avais manqué jusque là. C’est ainsi que j’ai débarqué à Glendalough.

Glendalough Monastic City

Dublin est une ville fantastique. Une des rares capitales où je retrouve toujours mon chemin, où je ne me sens jamais oppressé. Néanmoins, Dublin est une ville et il serait dommage d’aller en Irlande et d’en rester au paysage urbain. Pour ceux qui n’ont pas la possibilité d’aller se balader au Connemarra ou de descendre jusqu’à Killarney, des alternatives existent à quelques kilomètres à peine de Dublin. Par exemple, au sud de Dublin, on trouve le comté de Wicklow, surnommé le jardin de l’Irlande. Parmi les choses à y voir, on compte le parc national de Wicklow, les jardins de Powerscourt et, bien sûr, Glendalough.

Mais qu’est-ce que c’est, Glendalough ? Un minuscule village, d’abord, dont on connaîtrait sans doute à peine le nom s’il n’était pas établi sur le site d’un ancien monastère. On a donc quelques reliques, des ruines et une vallée verdoyante entre deux lacs. Que demander de plus ?

Monastic City - Glendalough

Décrit comme un bel endroit pour se promener, Barry et moi décidons de nous y rendre par le seul moyen disponible lorsqu’on ne dispose pas de voiture : le bus. L’unique compagnie à faire le trajet, St Kevins Bus, propose deux trajets par jour, dont l’horaire varie selon le moment de l’année. Vous n’avez pas intérêt à le manquer !

Pour nous, le départ était à 11h30 de Dublin, avec un trajet d’une durée de 1h20. Nous prenons nos dispositions pour être à l’arrêt de bus (un peu improvisé, en haut de Dawson Street) à 11h. Le doute m’étreint… Comment allons-nous trouver le bus ? Mes peurs se révèlent rapidement vaines. Une file de plusieurs dizaines de personnes attend déjà. Heureusement que le temps n’est pas au beau fixe ! Le bus arrive et les premiers dans la ligne grimpent à l’intérieur. Il ne faut que quelques minutes pour que le bus ne se remplisse et le chauffeur arrête le couple devant moi. Le bus est plein.

IMG_3780

Ô rage, ô désespoir… Le chauffeur redescend de son bus et nous annonce qu’un second véhicule va arriver. Ô félicité ! Dix minutes plus tard, le messie arrive et nous embarquons à notre tour dans l’aventure. Un voyage finalement sans surprise, mais qui sera agrêmenté par la conversation de quatre Français un peu bruyants (note au voyageur : préparez-vous, ils sont partout en Irlande).

Le bus dépose son flot de passagers à l’endroit exact où il les reprendra ensuite. Pratique. Mais plutôt que de prendre la navette de 16h30 le même jour, nous avons choisi de trouver où dormir sur place pour rester deux jours d’affilé. Le coin étant relativement touristique, on trouve de tout à Glendalough, mais ce sont surtout les Beds & Breakfasts qui pullulent. La concurrence étant rude, la qualité est au rendez-vous, en tout cas dans celui où nous étions descendus. A ce propos, renseignez-vous à l’avance pour savoir où descendre du bus pour rejoindre le plus facilement votre logement. Dans notre cas, l’instinct de Barry, mon compagnon de voyage favori, nous a sauvé la mise en nous faisant sauter du bus à l’arrêt précédant Glendalough.

Img_3738

Sur les lieux, un centre accueille les visiteurs pour leur délivrer les informations de base et leur donner une carte du domaine. Plusieurs randonnées sont possibles, variant en longueur et en difficulté. La foule qu’il y a là, entre locaux et touristes, est un peu décevante quand on s’attendait à un peu de calme et de sérénité. Heureusement, elle se disperse vite à l’intérieur du parc, au travers des différents sentiers. Nous sommes partis sur la Green Road Walk avant de dévier vers la chute d’eau Poulanass et la St. Kevin’s Cell.

Le summum aura été lorsque, pour retourner au Bed & Breakfast, nous aurons tenté d’emprunter un raccourci conseillé par notre hôtesse. La piste Derrybawn Woodland aurait dû nous ramener directement devant le (seul ?) pub de Laragh, à deux pas du B&B. Nous aurons finalement fait demi-tour en se demandant si on ne s’était pas moqué de nous, pour nous rendre compte le lendemain qu’il nous restait cinq cent mètres à faire…

Img_3860

Avec un solide casse-croûte dans notre sac le lendemain (note au voyageur : ne jamais partir en randonnée sans nourriture), Barry et moi avons décidé d’aller jusqu’au bout de la route menant à l’ancienne mine de Glendalough. Une piste relativement plate, bordée d’arbres, emprunté aussi parfois par les vélos et les poussettes. Les paysages, entre lacs et montagnes, est enchanteur au moindre rayon de soleil. Ah, comme si la météo était si simple en Irlande…

J’essaierai de vous parler bientôt d’autres destinations possibles à partir de Dublin pour un jour ou plus, mais je ne saurais que trop conseiller Glendalough aux amoureux de la marche. Pour ceux qui préfèrent la plage, patience, j’ai aussi cette option là en réserve.


En quête de Glendalough par princeofsky

4 Replies to “En quête de Glendalough”

  1. […] finale que comme point de départ vers une multitude d’escapades. Je vous ai déjà parlé de Glendalough, idéal pour de longues randonnées, et je vous propose cette fois une promenade dans un petit […]

  2. […] l’Irlande. Ils utilisèrent alors du bois des forêts de Glendalough (si comme moi, vous êtes allés à Glendalough, vous apprécierez ce segment […]

  3. Bonjour,
    Merci pour cet article ! Je pars bientôt en Irlande avec des amies, nous souhaitons voir Glendalough, et votre article est le premier que je trouve qui explique bien comment y aller.
    J’ai vu sur plusieurs sites de tourisme qu’on avait le choix entre plusieurs randonnées… Pouvez-vous me dire comment ça marche une fois sur place, si les différentes randonnées sont indiquées ou non ?

    1. Bonjour Lou,
      Sur place, il y a un point d’accueil où il est possible de se renseigner sur les randonnées. On peut aussi trouver les informations principales via ce lien. Il ne faut pas avoir peur de se perdre sur place, tout est bien indiqué. J’espère par contre que l’endroit où prendre le bus à Dublin n’a pas changé (mon article date déjà de 4 ans). Il serait peut-être préférable de se renseigner à l’office de tourisme de Dublin pour éviter toute mauvaise surprise.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.