Escale dans la Vallée de la Mort – Partir Un Jour #09

Je l’avoue, je ne m’étais pas beaucoup renseigné sur la Death Valley avant de partir sur les routes de l’ouest des États-Unis. Je savais qu’il s’agissait d’une sorte de passage obligé pour ceux qui allaient du parc de Yosemite à Las Vegas, mais j’imaginais une sorte d’étendue désertique de sable et de cailloux, seulement agrémentée de quelques ossements et des vautours qui vont avec. Je pense que la seule chose que j’avais lu sur le sujet était un recensement des lieux de tournage de Star Wars dans la Vallée de la Mort (on ne se refait pas).

Dans les faits, ça ne ressemblait pas du tout à ce que j’avais imaginé. Par exemple, je ne m’étais pas attendu à une telle diversité de paysages. J’ai certes trouvé du sable dans la Vallée de la Mort, mais aussi des rochers de toutes les couleurs, une plaine blanchâtre qui donne l’impression de se trouver sur une autre planète, des petits arbustes qui prouvent que oui, la vie trouve toujours un chemin… En quelques kilomètres à peine, on tombe sur un grand nombre de bizarreries naturelles, toutes plus étonnantes les unes que les autres.

La Death Valley, ce n’est pas non plus une plaine sans autre horizon que les vapeurs de chaleurs. Comme le nom l’indique, il s’agit d’une vallée, entourée de massifs montagneux, et on en discerne donc toujours les limites, même si elles sont sans doute plus lointaines que ce dont a l’impression. Bref, entre le mythe et la réalité, que vaut vraiment la Vallée de la Mort ? Je vous invite à le découvrir dans ce neuvième épisode de Partir Un Jour !



Abonnez-vous sur iTunes | Abonnez-vous sur Android | Téléchargez le MP3

Partir Un Jour est un podcast voyage mensuel que je réalise en compagnie d’Aurélie, du blog Sauts de Puce. L’idée est d’aborder à chaque épisode une destination, de l’idée qu’on s’en faisait avant le départ à l’expérience sur place, en passant par nos coups de coeur et nos conseils d’itinéraire. L’automne dernier, nous avons parcouru l’ouest des États-Unis lors d’un roadtrip de trois semaines. La Vallée de la Mort fut notre quatrième étape, après Los Angeles et les parcs de Sequoia et de Yosemite.

L’enfer sur terre

La journée et demi que nous avons passé sur place a révélé son lot de surprises, et ce, avant même qu’on ne passe le col qui mène à la vallée proprement dite. La première d’entre elle fut en effet le Rainbow Canyon, un petit canyon sans signe distinctif particulier, sinon le petit parking poussiéreux qui accueille quelques curieux. Nous y avons fait halte simplement pour y faire une pause, quelques secondes avant qu’une détonation ne nous vrille les tympans et qu’un avion de chasse le canyon.

Rainbow Canyon sert en effet de terrain d’entraînement à la base militaire toute proche et il ne faut souvent pas attendre longtemps avant qu’un avion ne vienne faire quelques manœuvres. Du grand spectacle digne de Top Gun !

Si une journée ne suffit pas à explorer la Vallée de la Mort dans ses moindres recoins, nous en avons quand même parcouru les points d’intérêts principaux, à commencer par les Mesquite Flat Sand Dunes, LA zone sableuse de la vallée de la mort. Quand on s’y trouve, on a l’impression que toute la vallée est recouverte de sable, mais ce n’est évidemment pas le cas. C’est à cet endroit que nous avons pour la première fois rencontré un panneau mettant en garde contre la chaleur et conseillant de ne pas explorer le lieu après 10h00 du matin.

Rien d’étonnant à cela : en plein soleil, la chaleur qui règne sur la région peut vite la transformer en véritable enfer sur terre… Même en plein automne, j’ai bien compris pourquoi on avait donné un nom aussi sinistre à la vallée. En particulier quand je me suis aventurer sur le chemin de Badwater Basin. Badwater Basin, c’est un ancien lac asséché dont il ne reste que le sel, mais c’est également l’endroit le plus bas d’Amérique du Nord (plus de 80 mètres sous le niveau de la mer) et celui où on a enregistré l’une des températures les plus chaudes au monde.

Le résultat fait penser à la surface d’une autre planète, toute blanche, dont le sol aurait pris des motifs hexagonaux. Il faut marcher quelques centaines de mètres pour arriver sur le lac lui-même, mais la marche est vite interminable. Les distances sont toutes relative quand on se trouve sous le soleil de la Vallée de la Mort, et on se met à penser aux pauvres bougres qui s’y sont perdus les premiers, sans savoir où ils mettaient les pieds.

Nous avons ensuite repris la voiture pour passer dans Artist Drive, une route scénique qui permet d’admirer des roches aux teintes très différentes : de l’ocre au verdâtre en passant par toutes les déclinaisons, sans qu’aucun colorant ne soit impliqué. La Nature est vraiment surprenante, tout comme à Zabriskie Point où les montagnes prennent soudainement la forme de vagues.


Mais le clou du spectacle fut vraiment Dante’s View. C’est l’un des derniers points de vue quand on se dirige vers l’est du parc. Une vingtaine de kilomètres dont les derniers nous font soudainement prendre de la hauteur. Une fois arrivé au parking, on surplombe tout le côté sud de la vallée, pour une vue plongeante sur les différentes escales du jour, à commencer par Badwater Basin, dont il ne reste qu’une petite tâche blanche en contrebas. Je ne pense pas exagérer en disant que la vue est à se damner.

Comme l’enfer est pavé de bonnes intentions, la Vallée de la Mort est aménagée de la même manière que tous les autres grands parcs nationaux américains. Chaque point d’intérêt possède son parking, des routes asphaltées les relient presque tous entre eux, on retrouve des toilettes régulièrement… La seule chose sur laquelle j’insisterai, c’est d’emporter suffisamment d’eau avec soi. Il me semble que seul le Visitor Center permette de remplir ses gourdes, et ce serait folie de s’aventurer dans la Vallée de la Mort sans faire le plein. Vous êtes prévenus !

Cités dans l’épisode :

J’espère que vous avez apprécié ce neuvième épisode de Partir Un Jour ! Si c’est le cas, n’hésitez pas à vous abonner sur iTunes ou via votre application préférée sur Android via le flux RSS ! Vous pouvez aussi nous laisser vos questions ou vos commentaires ci-dessous, je me ferais un plaisir d’y répondre.

Rendez-vous le mois prochain pour un nouvel épisode de Partir Un Jour, toujours aux Etats-Unis, avec nos pérégrinations à Las Vegas !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.