Le Grand Canyon sous tous les angles – Partir Un Jour #11

Quand je suis allé pour la première fois au Grand Canyon, c’était depuis Las Vegas. En étant dans la région, je savais que je ne pouvais pas passer à côté d’une des plus étonnantes formations géologiques du monde et qu’il fallait que j’aille voir cette merveille de la nature, ne serait-ce que le temps d’une journée. Quasiment dix ans plus tard, la possibilité d’aller voir le Grand Canyon s’est à nouveau présenté, sur la route de mon roadtrip dans l’ouest américain. C’est à cette occasion que je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas un seul point d’accès au Grand Canyon. Je l’avais d’abord découvert par l’Ouest, mais on pouvait aussi l’observer en arrivant du Nord ou en remontant par le Sud.

Alors, par quel côté faut-il découvrir le Grand Canyon ? C’est l’une des nombreuses questions auxquelles nous répondons dans ce onzième épisode de Partir Un Jour, le podcast voyage que j’anime en compagnie d’Aurélie, du blog Sauts de Puce. Chaque mois, nous y abordons une destination, de l’idée qu’on s’en faisait avant le départ à l’expérience sur place, en passant par nos coups de cœur et nos conseils d’itinéraire.



Abonnez-vous sur iTunes | Abonnez-vous sur Android | Téléchargez le MP3

Comme de nombreuses autres zones naturelles extraordinaires des États-Unis, que ce soit Yosemite ou la Vallée de la Mort par exemple, le Grand Canyon est un parc national, ce qui explique que la région soit parfaitement préservée de l’activité humaine. Pas question d’y trouver une horde de vendeurs de souvenirs ou d’excursions plus ou moins bien encadrées. Si c’est ce qui vous intéresse, il est préférable d’effectuer votre réservation avant d’aller dans le Grand Canyon. Par contre, si vous êtes plutôt à la recherche d’un gouffre sans fond, de falaises qui semblent à tout prix vouloir tenter de toucher le ciel, d’une nature sauvage et brute, alors vous devriez trouver votre bonheur au Grand Canyon.

Le West Rim, l’authentique

Si vous cherchez l’authenticité à tout prix, vous serez peut-être tenté de vous diriger vers son côté Ouest (ou West Rim), qui est situé dans une réserve amérindienne. C’est le peuple des Hualapai qui gère l’exploitation de cette partie du canyon et ils ont longtemps vendu leur parcelle du site comme celle proposant l’expérience la plus naturelle. Mais les choses ont bien changé ces dernières années…

Dans les faits, j’avoue que je ne suis pas sûr que l’argument tienne encore. Je suis arrivé jusque là via une excursion en bus réservée à Las Vegas (il faut compter plus de deux heures de route), et j’ai immédiatement embarqué à bord d’une des navettes qui permettent de se déplacer à travers le site (quand on n’a pas le temps de tout faire à pied). C’est un système efficace, qui permet d’éviter les embouteillages et de passer très facilement d’un point de vue à un autre.

Outre les points de vue sur le canyon, il y a également des points d’intérêt un peu plus discutables, comme un village cowboy artificiel et le fameux Skywalk, un pont de verre en demi-cercle qui permet de marcher au-dessus du vide. Ce dernier est sujet à de nombreux débats et synthétise bien mon malaise par rapport à la gestion du site par les Hualapai.

Le prix du Skywalk n’est pas compris dans le forfait permettant d’accéder au Grand Canyon Ouest, il faut ajouter envion 30$ par personne. Mais en plus, il est interdit de prendre des photos une fois sur la passerelle ! Les appareils photos y sont interdits et si vous souhaitez repartir avec un souvenir, il faudra une nouvelle fois passer à la caisse. J’ai préféré faire une croix sur l’expérience, je trouvais de toute façon qu’on avait déjà une bonne vue depuis le bord de la falaise.

Du coup, est-ce que je vous recommanderais le côté Ouest ? Pour les vues sur le Grand Canyon, pourquoi pas, mais certainement pas pour le côté authentique. Avant de repartir, j’ai assisté à une danse traditionnelle menée par quelques Hualapai, qui tenait plus du spectacle mis sur pied pour amuser les touristes que d’une réelle mise en valeur de la culture de cette tribu. Le plaisir de découvrir le site est venu à l’époque contrebalancer ma déception face à l’exploitation du lieu, mais à choisir, ce n’est pas par ce côté que je vous recommanderais de venir au Grand Canyon.

Le North Rim, le confidentiel

Pour arriver jusqu’au côté Nord du Grand Canyon, il n’y a pas de secret, un véhicule est obligatoire. La route qui y mène fait traverser la forêt de Kaibab, principalement composée de conifères, ce qui en fait sans doute la version la plus végétalisée du Grand Canyon, alors que m’attendais à un paysage un peu plus aride. Des panneaux indiquent même la présence de bisons sauvages, même je n’en ai malheureusement pas vu… Peut-être en raison de la météo. Au moins d’octobre, il y faisait un froid de canard.

Je me suis rendu sur place depuis la petite ville de Kanab, à un peu plus d’une heure de route, et c’est sans doute cette présence de la nature qui m’a charmé plusieurs kilomètres avant même d’arriver au Grand Canyon. Mon premier réflexe a été de me garer à proximité du centre d’information pour explorer un peu le coin. Je n’ai pas été déçu. La balade de Bright Angel Point, qui démarre à deux pas du Visitor Center, offre de magnifiques panoramas sur le gouffre. Du coup, moins de dix minutes après avoir garé sa voiture, on en prend déjà plein les yeux.

Surtout, ce qui surprend au North Rim, c’est le calme relatif qui y règne. On croise certes d’autres touristes, mais finalement assez peu compte tenu de l’attractivité du Grand Canyon. Peut-être était-ce dû à la saison, mais il paraît que seuls 10% des visiteurs du Grand Canyon se donne la peine d’aller le voir par le Nord. Notez que ça ne m’a pas empêché de devoir patienter un bon quart d’heure pour m’asseoir dans la salle du Grand Canyon Dining Lounge pour y manger un Grand Canyon Burger (oui, ils ne sont pas très originaux au niveau des noms).

J’ai ensuite repris la voiture pour aller jusqu’à une autre promenade à l’autre bout du parc, celle d’Angels Window. Voyageant en famille, avec de jeunes enfants, il fallait garder un niveau de difficulté assez bas, mais il y a des trails pour tous les goûts. Angels Window est un autre très beau site, qui donne accès à un piton rocheux depuis lequel on a une vue à 360° sur le canyon.

Du coup, vous l’aurez compris, malgré le froid, j’ai été séduit par le Grand Canyon côté Nord. Pas trop de monde, des paysages toujours incroyables et une nature omniprésente qui m’a encore une fois permis d’observer des cerfs et des biches au milieu de la forêt. Par contre, il faut savoir que le côté Nord est inaccessible de novembre à avril, pour cause de neige.

Le South Rim, le populaire

La partie sud du parc du Grand Canyon est réputée pour être la section la plus visitée mais aussi la plus spectaculaire. C’est de là qu’on peut le plus facilement observer les profondeurs du canyon, jusqu’à apercevoir la Colorado River qui coule au fond et qui en serait à l’origine. Pour nous, la découverte du South Rim s’est fait sur notre route nous amenant de Monument Valley vers Flagstaff, et nous a laissé sans aucun doute l’une des images les plus marquantes de notre voyage…

Avant d’entrer dans le parc, alors que la route prenait de la hauteur, du brouillard a commencé à envahir le paysage et la neige à couvrir les bas côtés. Nous nous sommes immédiatement arrêtés au premier parking venu pour faire face au Grand Canyon. Mais il n’y avait rien devant nous. Juste un mur blanc. Il y avait tellement de brouillard qu’il était impossible de distinguer quoi que ce soit. Ne rien pouvoir voir du Grand Canyon quand on se trouve juste au bord avait quelque chose de parfaitement ironique.

Heureusement, le ciel s’est dégagé dans les heures qui ont suivies. Nous avons garé notre voiture dans l’un des parking et avons poursuivi notre chemin à l’intérieur du parc en empruntant le système de navettes gratuites. Il n’y a pas moins de quatre lignes pour faire le tour du côté Sud ! (je n’en ai jamais vu autant dans un parc national) Nous aurions encore une fois pu longer le canyon à pieds, mais nous n’avions que peu de temps à passer sur place et notre but était de pouvoir trouver le meilleur point de vue pour admirer le couché du soleil.

Nous avons donc sauté à bord d’un bus de la ligne rouge, en direction de Hermits Rest, pour descendre au point de vue de Monument Creek Vista et contempler la lumière du jour disparaître derrière les falaises du canyon. A cet égard, le côté Sud correspond sans doute le plus à l’image que l’on a du Grand Canyon, peut-être parce que la majorité des photos en est issue. Car, effectivement, c’est bien là que vont la majorité des touristes. Les navettes étaient bien fréquentées, les parkings bien remplis, et je pense qu’en haute saison, il vaut mieux éviter le coin si on a peur de la foule. Si ce n’est pas votre cas, ou si vous y allez hors saison, vous devriez pouvoir passer quelques heures à vous exploser la rétine sur un panorama unique en son genre. Il y a pire comme programme !

Vous remarquerez que je n’ai pas parlé de l’East Rim. Je ne suis pas sûr qu’il en existe officiellement un, et si c’est le cas, je pense qu’il faut aller le chercher du côté de Horseshoe Bend, autre formation géologique qui vaut le détour mais qui se trouve bien plus loin, du côté de la petite ville de Page. Mais ça, ce sera le sujet du prochain épisode de Partir Un Jour !

Et le Zion National Park ?

Il en est question dans le podcast : avant d’explorer le côté nord du Grand Canyon, nous avons dédié une journée au Zion National Park, dont nous avions entendu le plus grand bien. Choisi au détriment de Bryce Canyon, qui se trouve dans la même zone géographique, nous sommes arrivés au Zion National Park en milieu de matinée, un dimanche, pour le trouver déjà très fréquenté. Le parking du centre d’information était plein au point qu’il nous a fallu une bonne vingtaine de minutes pour trouver où nous y garer. Le reste du parc étant, en cette saison, interdit à la circulation en voiture, nous n’avions de toute façon pas d’autre choix.

Passé cette déconvenue, nous sommes montés à bord d’une des navettes qui sillonnent le parc pour faire un premier arrêt et aller nous balader sur le chemin de la Lower Emerald Pool. Comme dans tous les parcs nationaux américains, que ce soit le Grand Canyon ou Zion, il y a des promenades pour tous les types de public, du sportif surentraîné aux familles. Avec un enfant haut comme trois pommes, Emerald Pool se fait très facilement, le chemin étant bien aménagé. Par contre, le résultat était un peu décevant, puisque la cascade et les piscines naturelles auxquelles nous devions arriver étaient à sec, situation que nous avions déjà pu rencontrer au parc de Yosemite.

Par la suite, nous sommes restés sur cette déception, même si voir la falaise d’Angels Landing était un bon moment, et même si nous avons pris plaisir à rêvasser au bord de la Virgin River. Nous avons finalement été bien plus impressionné par la route que nous avons suivi pour ressortir du parc, avec ses roches marquées par le temps et les éléments, que par les paysages de Zion. Pourquoi ? De par les photos du lieu que j’ai vu, Zion semble se révéler à son meilleur lorsqu’on prend un peu de hauteur. Certaines balades, comme la fameuse Angels Landing Trail (très dangereuse au demeurant semble-t-il) donne droit à des points de vue incroyables… mais c’est infaisable en famille. A prendre en compte, donc, si vous voyagez dans le même esprit que nous.

Cité dans l’épisode :

  • Le Grand Canyon côté Ouest (attention, cette zone ne fait pas partie du parc national mais à la réserve indienne des Hualapai – et pas des Navajos comme je le dis par erreur dans le podcast – les tarifs ne sont donc pas les mêmes).
  • Le Grand Canyon (le site regroupe le côté Nord et le côté Sud)
  • Le Zion National Park
  • Pour en savoir plus sur le pass annuel, aussi appelé The America the Beautiful qui permet d’accéder à tous les parcs nationaux américains, y compris le Zion National Park ou le Grand Canyon, côté Nord et Sud.
  • Pour comparer les différents loueurs de voiture aux Etats-Unis, j’ai utilisé le comparateur Carigami
  • Enfin, n’oubliez pas de faire votre demande ESTA sur le site officiel au moins 72 heures à l’avance avant de prendre l’avion.

J’espère que vous avez apprécié ce onzième épisode de Partir Un Jour ! Si c’est le cas, n’hésitez pas à vous abonner sur iTunes et à nous y laisser un commentaire ! Vous pouvez aussi vous abonner via votre application de podcasting préférée sur Android avec le flux RSS. Dans tous les cas, s’il vous reste des questions, n’hésitez pas à me les poser ci-dessous.

Rendez-vous le mois prochain pour la conclusion de notre périple de l’Ouest Américain, avec notre avis sur Page, Antelope Canyon ou encore Monument Valley !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.