Partir Un Jour #08 : Sequoia et Yosemite

Après Los Angeles, nous avons pris la direction de nos premiers parcs américains, à savoir Sequoia et Yosemite. En quelques heures de route, le paysage change drastiquement. On délaisse les plages, les palmiers et les étoiles d’Hollywood pour grimper au sommet des montagnes et marcher en pleine forêt. Et quand je parle de forêt, il ne s’agit pas de n’importe quelle forêt : celle de Sequoia se nomme ainsi la forêt des arbres géants. Embarquez donc avec nous pour cette deuxième étape de notre road-trip.



Abonnez-vous sur iTunes | Abonnez-vous sur Android | Téléchargez le mp3

Pour ceux qui découvrirait le podcast avec ce huitième épisode, Partir Un Jour est un rendez-vous mensuel dans lequel Aurélie, du blog Sauts de Puce, et moi abordons une destination, de l’idée qu’on s’en faisait avant le départ à l’expérience sur place, en passant par nos coups de cœur et nos conseils d’itinéraire. En automne, nous avons passé trois semaines sur les routes de la Californie, de l’Utah, du Nevada et de l’Arizona pour un road-trip haut en couleurs. Ce mois-ci, nous faisons escale dans deux parcs nationaux de la Sierra Nevada, à savoir Sequoia et Yosemite.

Les arbres géants de Sequoia

Le parc national de Sequoia abrite les arbres du même nom, à savoir les séquoias, des arbres géants au tronc rougeâtre de plusieurs dizaines de mètres de haut. Le plus connu d’entre eux est sans aucun le General Sherman, le plus grand organisme vivant connu à ce jour. Mais ce n’est pas la seule chose qu’on trouve à Sequoia.

Depuis l’entrée du parc, il faut compter plus ou moins une heure pour rejoindre le Sherman Tree Trail, qui se trouve être l’un des points les plus éloigné du parc. Il faut suivre une petite route qui serpente le long de la montagne pour vous faire gravir les 3000 mètres qui mènent aux sequoias. Le long du chemin, plusieurs endroits sont prévus pour vous permettre de prendre des photos, tant le paysage est magnifique, surtout en début et en fin de journée.

D’un coup, les sequoias apparaissent au bord du chemin et on se retrouve en pleine forêt. Plusieurs balades sont possibles à partir de là, mais je vous conseille de faire comme nous et d’aller jusqu’au parking de celle du General Sherman pour découvrir cet arbre unique en son genre. La promenade se fait en quarante-cinq minutes, sans grande difficulté, si ce n’est de devoir affronter la foule. Forcément, tout le monde veut sa photo du sequoia géant.

En redescendant, nous vous conseillons de prendre la route qui mène à Crescent Meadow, un trail très différent débouche sur Tharp’s Log, une cabane construite à partir du tronc d’un sequoia mort. Entre la clairière qui borde le chemin, le chemin qui permet d’admirer d’autres beaux spécimens de sequoias et le fait qu’il soit bien moins fréquenté que le Sherman Tree Trail en suffisent à en faire selon moi un must.

Ce sont les deux options que nous vous proposons pour découvrir le parc de Sequoia le temps d’une journée, mais il y en a bien d’autres. Si vous y êtes déjà allé, laquelle a votre préférence ?

La vallée de Yosemite

A un peu plus de trois heures de route de Sequoia, le parc de Yosemite est très différent, même si on pourrait également le résumer à des forêts et des montagnes. Yosemite, c’est surtout l’un des plus anciens parcs nationaux des États-Unis et l’un des plus visités, juste après celui de Yellowstone. On le connaît pour ses formations rocheuses, à commencer par le Half Dome ou El Capitan, mais aussi et surtout pour ses cascades.

Manque de chance pour nous, en plein automne, l’eau se faisait rare et les cascades se réduisaient à un maigre filet d’eau. Dès lors, les deux cascades que nous sommes allé voir, à savoir Bridalveil Fall et Yosemite Falls, étaient bien moins impressionnantes qu’elles n’en avaient l’air sur les plus belles photos qu’on peut en voir. De même, la promenade qui nous a mené au Mirror Lake ne nous a pas permis d’admirer d’étendue d’eau, mais une belle étendue de sable. C’est pour dire à quel point le lac était à sec.

Si nous n’avons donc pas eu droit aux vues iconiques du parc, cela a à peine entamé notre enthousiasme, le charme de Yosemite faisant le reste. J’ai vu peu de réserve naturelle de cet acabit. Seul bémol, comme au General Sherman, le nombre de visiteurs qui visitent Yosemite peut un peu refroidir… Mais au moins, il y avait moins de monde qu’en été.

Rencontre avec la nature

S’il ne fallait conseiller qu’une saison pour découvrir tant Sequoia que Yosemite, ce serait sans aucun doute le printemps. L’éveil de la nature d’une part et la fonte des neiges de l’autre doivent permettre de visiter les parcs dans leur plus bel apparat. L’automne était aussi une bonne saison, avec les problèmes que j’ai déjà évoqué. Néanmoins, c’est sans doute grâce à la sécheresse que nous avons pu croiser un grand nombre d’animaux, en particulier en début et en fin de journée. Du simple écureuil aux cervidés (nous avons vu de nombreuses biches et de cerfs), jusqu’à un ours (rencontré à la sortie de sequoias), nous ne pensions pas nous faire autant d’amis à fourrure.


Si nous avons eu un peu de neige, principalement à Sequoia, ça n’est rien en comparaison de ce à quoi nous aurions eu droit en y allant en plein hiver. Si c’est ce que vous choisissez, n’oubliez pas de prévoir des chaînes pour vos pneus et prenez en compte que de nombreuses routes peuvent être fermées, en particulier la Tioga Road, qui permet de traverser la Sierra Nevada. En hiver, cette route est fermée et il faut faire un détour de plusieurs heures pour arriver de l’autre côté.

Reste l’été. Si les parcs sont à leur pinacle en cette saison, il ne faut pas oublier que c’est en cette saison qu’ils sont le plus fréquenté par les visiteurs – même par les Américains, qui n’hésitent pas à aller jusque-là le temps d’un week-end – et Yosemite doit du coup être particulièrement invivable.

De notre côté, avec une journée à Sequoia et deux jours à Yosemite (ou un jour et demi une fois qu’on décompte le temps pour se rendre de l’un à l’autre), nous avons résolument eu un goût de trop peu et nous y retournerions avec plaisir.

Cité dans l’épisode :

Si vous avez aimé ce 8e épisode de Partir Un Jour, n’hésitez pas à vous abonner sur iTunes ou via votre application préférée sur Android via le flux RSS ! Nous sommes également sur Spotify et peut-être aussi sur Deezer (un mystère flotte encore sur ce point en particulier, mais n’hésitez pas à nous faire signe si vous nous y avez trouvé). Vous pouvez bien sûr nous laisser un commentaire ci-dessous pour nous faire part de vos remarques ou nous poser vos questions sur Sequoia et Yosemite, ou simplement pour nous dire si l’épisode vous a plu.

Rendez-vous le mois prochain pour un nouvel épisode de Partir Un Jour, dans lequel nous continuons notre périple vers l’Ouest en traversant la Vallée de la Mort !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.