De Vancouver à Victoria

Lorsqu’on prend la peine de faire le voyage jusqu’en Colombie Britannique, il faut nécessairement passer par Vancouver. La ville est un incontournable et respire le naturel malgré ses quelques buildings. Mais il faut aussi se réserver du temps pour s’en éloigner, pour s’engager dans la région environnante : je veux bien sûr parler des îles de Vancouver. Barry, mon compagnon de voyage favori, m’avait ainsi proposé de quitter Vancouver pour rejoindre Victoria, la capitale de la province.



Aller de Vancouver à Victoria

A l’aube de notre troisième ou quatrième jour sur place, Barry et moi avons pris la direction de la gare Pacific Central, qui accueille tant les autobus que les trains. Car en pratique, s’il faut bien emprunter un bateau pour naviguer entre les îles de Vancouver, il faut commencer par prendre le bus (ou louer une voiture) pour aller jusqu’au terminal de Tsawwassen. Rien n’était vraiment improvisé puisque nous avions déjà fait un saut à la gare la veille pour aussi y acheter nos billets (environ $58 par adulte).

Après une courte attente, on nous laisse monter à bord du bus Pacific Coach et le voyage commence. A une traversée en ferry qui dure environ 1h30, il faut ajouter une bonne demi heure de trajet en bus, avant et après. Cette courte croisière a l’avantage de vous faire traverser des paysages de l’Ouest Canadien qu’on ne voit habituellement qu’à la télévision. Un self-service est aussi présent à bord, bien pratique si vous n’avez pas encore pris de petit-déjeuner.

Img_9636

Une fois au terminal de Swartz Bay, le bus nous conduit rapidement au centre de Victoria et nous sortons au terminus pour faire face à une série de totems. Il s’agit là du parc qui s’étend à l’arrière du Royal British Columbia Museum, abritant des collections d’Histoire et d’Histoire Naturelle. Devant la foule qui s’y presse, Barry et moi repoussons l’idée de nous y arrêter. Il s’agit en effet d’une belle journée (la ville se vante d’avoir le climat le plus doux du Canada !) et nous n’avons de toute façon pas vraiment envie de nous enfermer.

Le village des pêcheurs

Quelques pas de plus nous amènent devant le Parlement de la Colombie Britannique, gigantesque édifice de style néo-roman, qui reste pour moi le bâtiment politique le plus marquant du Canada, devant le Parlement d’Ottawa.

Img_9719

Là encore, nous poursuivons notre route pour toujours longer le Port-Angeles et emprunter le chemin Laurel Point, qui débute par un parc. Ce sentier de promenade nous permet d’avoir un point de vue unique sur la baie et son incessant ballet d’hydravions. Peu à peu, nous nous éloignons de l’animation de Victoria et d’une majorité de ses touristes. Nous quittons le sentier pour entrer dans des quartiers résidentiels et, quelques mètres plus loin, un panneau nous indique que nous avons atteint notre destination.

Img_9667

Le village des pêcheurs est une petite marina au sein du port de Victoria qui accueille, en lieu et place des habituelles embarcations, trente-trois maisons flottantes et échoppes. Ici, pas de voiles, pas de moteurs, mais bien des habitations avec leurs occupants. Les touristes sont cependant les bienvenus, puisque outre quelques restaurants, c’est à partir de ce point qu’il est possible de faire une sortie en mer de 3h en Zodiac pour aller voir les orques et autres baleines…

Img_9680

Incidemment, c’est aussi ici qu’on mange le meilleur fish and chips de la région et Barry et moi ne nous sommes pas privés. Après un bon repas, nous sommes allés à la rencontre des phoques, puisque ceux-ci se promènent régulièrement entre deux maisons, ayant l’habitude de recevoir quelques friandises en provenance de la poissonnerie du coin.

De retour en ville

Nous empruntons le même itinéraire pour retourner en centre ville et approcher à nouveau le Parlement et l’Hôtel Fairmont Empress. Sur les quais du port, des portraitistes/caricaturistes attirent le chaland, tandis qu’un jongleur mets le feu à ses massues pour divertir son public. L’ambiance est sympathique, comme aux meilleurs moments d’un bel après-midi à Montmartre (note au voyageur : les spectacles de rue, c’est le bien).

Img_9731

L’office de tourisme est juste au coin du quai, bien visible. Je fais signe à Barry de ne pas s’y arrêter. Nous avons déjà un plan de la ville et notre prochaine étape est de déambuler dans le quartier chinois. Pour y parvenir, nous passons à côté de Dark Vador qui joue du violon (je vous assure, j’étais sobre) pour nous engager dans une grande rue passante. Nous n’y resterons pas longtemps puisque Barry trouvera un chemin de traverse réservé aux piétons.

Img_9754

A ce titre, Victoria est une ville étonnante. Très anglaise par son architecture. Les immeubles sont beaux, anciens, colorés, les rues sont pavées, vivantes (mais pas trop), on trouve des petites ruelles typiques… Sur notre route, nous trouverons d’abord un marché d’artisans locaux (installé en plein air), avant de pénétrer dans le Market Square, une sorte de centre commercial en forme de grande hacienda. Des commerces et petits restaurants encadre une cour où on peut profiter du calme et du soleil.

Img_9757

Le quartier chinois se révélera lui un peu décevant. Il faut dire qu’après celui de Vancouver, il paraît minuscule. Il s’agit pourtant d’un arrondissement historique d’importance nationale, puisqu’il est le plus vieux quartier chinois existant au Canada. Quelques éléments de décorations et d’architectures méritent qu’on y promène quand même son appareil photo.

Une ville reposante

Le reste de l’après-midi, nous le passerons dans le centre, à traverser un autre centre commercial plus moderne, à écouter un groupe de musique qui improvisait un concert dans une petite cour, puis autour d’une vieille église en bois. A l’instar de Vancouver, Victoria est une ville qui se laisse vivre, où rien ne semble troubler le calme apparent des habitants. Ce qui n’empêche pas les bonnes surprises, comme cet étudiant qui avait appris le français à l’occasion des Jeux Olympiques de Vancouver et qui s’est fait un plaisir d’échanger quelques mots avec nous.
Img_9807
Il nous reste alors encore une heure et demie à tuer avant de retourner vers Vancouver et je propose à Barry d’aller au sud de la ville. Il faut en effet s’éloigner un peu du centre-ville pour tomber sur la borne kilométrique 0 marquant le début de la route transcanadienne, la route “nationale” la plus longue du monde. Nous n’irons finalement pas jusque là puisque entre temps, nous trouverons le Beacon Hill Park fort attrayant et nous y terminerons la journée.

Le soleil déclinera ensuite patiemment dans le ciel tandis que nous monterons à bord du bus, qui nous ramènera à l’intérieur du ferry, qui débarquera notre bus sur l’île de Vancouver, qui nous transportera à la gare Pacific Central. Il fait nuit, Vancouver a revêtu sa parure de lumières et il temps pour Barry et moi de rentrer à l’hôtel. D’autres aventures en Colombie Britannique nous attendent le lendemain.

2 Replies to “De Vancouver à Victoria”

  1. Bonjour nous avons lintention de faire la traverse vancouver – victoria . Nous voulons traverser sans voiture une fois arrivee a Victoria est ce possible de se promener a pied pour decouvrir cette ville Nous voulons y passer une journée

    1. Bonjour Nancy, oui, je l’ai moi-même fait sans voiture et Victoria est une ville finalement peu étendue. Il est très facile de s’y déplacer à pied le temps d’une journée. N’hésitez pas si vous avez d’autres questions !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.