Apprivoiser Copenhague

Je ne peux que vous recommander Copenhague. La première ville du Danemark a su me séduire dès les premiers jours que j’ai passé dans ses murs. Que ce soit les maisons, les monuments historiques, les petites places, les boutiques, les restaurants, les intérieurs, les lumières ou les nombreux jardins et espaces verts… j’arrête ici l’énumération. L’atmosphère est calme et détendue, on sent que le Danemark est un pays où l’on cultive vraiment l’art du bien-être et du cocooning.

6869445075_0806a356bc_o

Copenhague ne s’aborde pourtant pas comme n’importe quelle capitale. Le Nord a ses codes qu’il faut parfois interpréter, avec notamment sa monnaie et sa langue propre, ce dont je vous ai déjà parlé par le passé. J’ai depuis mon retour lu bon nombre de choses à propos de Copenhague (note au voyageur : c’est habituellement mieux de se renseigner avant… mais mieux vaut tard que jamais) et j’ai constaté que certaines choses étaient vraies et d’autres… moins.

Sur le point de vous rendre au Danemark ? Voilà quelques observations qui vous permettront peut-être de mieux vous préparer à vos premiers jours sur place.

La vie est chère

Et notamment les hôtels ! Si vous surfez un peu sur les sites de réservation, vous devriez avoir remarqué que pour avoir quelque chose d’équivalent à d’autres pays, il faut vraiment y mettre le prix. Pour ma part, face à la difficulté d’en trouver un qui rentrait dans mon budget et qui aurait de bonnes critiques sur les sites comme TripAdvisor, j’ai préféré me tourner vers Airbnb, la location au particulier. C’était la première fois que j’utilisais le service et j’en ai été pleinement satisfait (j’attendrais quand même de l’avoir expérimenté davantage pour vous en faire un article).
Img_4019
Une remarque qui revient souvent, tant pour les hôtels que les logements particuliers, concerne les salles de bain. Trop petite ? Minuscule ? Il faut se rendre à l’évidence, les Copenhaguois n’ont pas la même notion d’une salle de bain que leurs voisins situés plus au sud. Ne soyez donc pas étonnés si vous vous retrouvez dans un hôtel dont la salle de bain ressemble à s’y méprendre à celle d’une cabine de bateau.

Outre les hôtels, les restaurants peuvent aussi s’avérer très couteux. Il est courant que des plats coûtent minimum 15 euros. Avoir un appartement plutôt qu’une chambre d’hôtel m’a permis d’économiser en cuisinant moi-même. Il est aussi possible de trouver des restaurants abordables en cherchant bien, si tant est qu’on veuille bien manger des crêpes ou des hamburgers.

Manger des sardines crûes

Et puis quoi encore ? Bien sûr qu’on trouve ces sandwiches aux sardines crûes à Copenhague, il paraît que c’est même une tradition. On en trouve facilement à Copenhague, mais peut-être pas au point d’en voir à tous les coins de rue. Pour ma part, j’avais le choix de manger quelque chose de plus à mon goût et je ne me sentais pas aventureux à point de tester ce mets délicat. Inutile de vous forcer.

Le quartier du Nyhavn

… est un piège à touristes. Vous avez certainement vu cette photo de Copenhague : des façades colorées devant un canal couvert de bateaux anciens… Cette image d’Épinal est faite pour attirer les touristes. La réalité ressemble fort à la carte postale, avec cette superbe vue que vous pouvez à votre tour prendre en photo. Moi non plus, je n’ai pas su résister à la tentation.

IMG_20120813_175817

Mais le quartier est surtout couvert de vendeurs ambulants et de terrasses pas vraiment bon marché. Dans le genre, Montmartre a ce même type de désavantage, mais en conservant davantage de charme. Je vous déconseille donc de rester trop longtemps dans Nyhavn et de passer plus de temps dans les rues qui y mènent, abritant d’anciens bâtiments, des boutiques d’antiquaires, d’art et de mode.

Le parc Tivoli est un parc

… d’attraction. Si vous vous êtes déjà renseignés, ce ne doit pas être une surprise pour vous. Ce qui est plus étonnant, c’est de le trouver ainsi au milieu de la ville, comme n’importe quel parc. Mais ne pensez pas y aller pour vous y promener à votre gré. L’entrée est bien entendu payante et la plupart des passants s’arrêtent juste pour regarder l’extérieur. Si vous choisissez d’y aller par curiosité, je vous conseille de préférer la fin de journée : l’entrée est moins chère et le parc gagne en magie lorsque les lumières s’allument. Pas vraiment un haut lieu du tourisme donc, mais si vous aimez les montagnes russes…

Img_4069

Vive le vélo !

On peut faire du vélo dans n’importe quelle ville du monde, mais aucune n’a été pensé pour le vélo comme Amsterdam et Copenhague. Alors, faut-il privilégier le vélo comme mode de transport durant votre séjour ? Oui et non. Pour ma part, j’ai tout fait à pied et la ville s’y prête assez bien. Il est néanmoins évident que les habitants de Copenhague préfèrent le vélo. Leur nombre est proprement effarant. La ville mets même à disposition un système d’emprunt… qui ne se révèle pas du tout efficace. Impossible durant tout mon séjour de mettre la main sur un de ces vélos. La rançon du succès ? Les bixis de Montréal n’ont pas ce problème…

Il est par contre assez facile de trouver des boutiques où en louer et il ne vous restera alors plus qu’à vous insérer dans le trafic, au milieu de tous ces cyclistes aguerris. J’avoue ne pas avoir tenté l’expérience. J’ai tendance à trouver ça un peu intimidant, comme conduire de l’autre côté de la route en Angleterre.

Christiana, le quartier alternatif

A faire ou à éviter ? Christiana est souvent présenté dans les guides de voyage comme un endroit à voir, mais savez-vous de quoi il s’agit ? En 1971, un groupe de hippies décide d’occuper un ancien terrain militaire. Quarante ans plus tard, ils sont toujours là. Une ville dans la ville en quelques sortes (je le vois plus comme un squat à ciel ouvert), qui dénote clairement du reste de Copenhague.

Img_4252

L’enceinte, constituée de murs tagués dans tous les sens, donne l’impression d’entrer dans un lieu privé. Les panneaux intimant de ne pas prendre de photos renforce cette idée. C’est peu dire que je ne me suis pas senti à l’aise, et ça ne s’est pas amélioré. Au fur et à mesure de mon avancée dans le domaine, j’ai remarqué un café et un magasin artisanal à l’air accueillant, mais aussi bien d’autres choses moins attirantes.

La drogue a libre court et c’est même pour ça qu’une bonne part des visiteurs y viennent (il paraît que la police vient y faire un tour de temps à autre, mais de manière assez rare). Un tourisme alternatif s’est donc organisé dans Christiana, dissimulé sous la façade d’un merchandising légal. Les gens qui habitent le quartier en ont besoin pour vivre, mais il faut reconnaître que du coup, le tout ne respire pas l’amour (ça sent… autre chose) ou la paix. En connaissance de cause, je pense que j’aurais préféré ne pas y perdre mon temps et aller voir autre autre chose.

La petite sirène ?

IMG_20120815_130412
Den lille havfrue est certainement l’attraction la plus renommée et la plus photographiée de la capitale danoise. Cette statue représentant le personnage du conte d’Andersen repose au nord du parc Churchill, à côté de la citadelle. Si vous y allez, vous ne verrez pourtant pas la petite sirène… ou en tout cas, pas tout seul ! Un peut comme le taureau de Wall Street, une foule de touristes entoure toujours cette petite statue (oui, elle est moins grande que ce à quoi on s’attend !).

Les appareils photos crépitent et il faut attendre son tour pour poser à côté tandis que les cars dégueulent leur flot de touristes sans prendre de pause… Assez incroyable. Le paysage autour n’est pas spécialement beau (c’est un port après tout), mais avec la bonne lumière, et avec un peu de chance, on se retrouve à contempler la sirène et à l’apprécier.

J’en termine là avec les mises en garde. Vous l’avez compris, de la découverte de la ville à ses principales attractions, Copenhague a ses pièges et ses possibles déceptions. Mais une fois qu’on l’a apprivoisée, la ville dévoile toutes ses merveilles et se laisse apprécier à sa juste valeur. Je profiterais de mon prochain article à son sujet pour en aborder quelques-unes. D’ici là, je vous souhaite un god rejse !

7 Replies to “Apprivoiser Copenhague”

  1. Sympa ton blog ! Moi aussi j’en tiens un sur des destinations en Europe, j’espère qu’il deviendra aussi intéressant que le tien 😉
    Merci pour les infos sur Copenhague on compte y aller pour le 14 juillet, tu es sorti un petit peu le soir ? ça donne quoi les bars ?

    1. J’aime aussi beaucoup ton blog, d’autant qu’on a un peu la même philosophie.
      Pour Copenhague, j’ai très peu de retour à donner sur les bars. La ville était bien vivante le soir (il faisait beau donc les gens étaient dehors même tard) mais je n’ai aucune adresse en particulier à conseiller.

  2. Merci pour tes infos intéressantes
    peut être pourrais tu m’aider à trouver un toit à Copenhague
    Je rentre en Janvier 2016 à Copenhagen Institute Of Interaction Design pour un an et malgré mes recherches je ne trouve pas de location d’appartement. Je voudrais éviter la coloc as tu des contacts à Copenhague qui pourraient m’aider?
    Nicolas 23 ans

    1. Merci pour ton commentaire Nicolas. Malheureusement, mon expérience des logements à Copenhague se limite à Airbnb et les hôtels… Pas sûr que ça t’aide. Bon courage pour ta recherche !

  3. Merci pour ton article ! Cela nous a bien aidé dans la préparation de notre séjour à Copenhague. J’ai moins même publié un billet sur le sujet sur mon blog : http://www.itinerario.fr/copenhague-week-end-de-deux-jours-mois-de-mars

    A bientôt 🙂

    1. Ton article est également très intéressant. Je ne connaissais pas la compagnie aérienne avec laquelle vous êtes partis, je vais m’y intéresser pour retourner à Copenhague 🙂

      1. Merci 🙂 je ne peux que conseiller !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.