Comment s’occuper autour de la gare de Saint-Pancras

La gare de St Pancras International est un passage incontournable pour une bonne partie des voyageurs qui se rendent à Londres depuis qu’y a été déplacé le terminal de l’Eurostar. Si je suis parfois allé jusqu’à Londres par la route ou en montant à bord du ferry, je n’ai par contre jamais pris l’avion pour m’arrêter à Heathrow et la grande majorité de mes voyages jusqu’à la capitale de la Grande Bretagne, je les ai fait en Eurostar. Et jusqu’ici, je n’avais pas été déçu du service.

Si je peux aujourd’hui vous donner quelques idées pour vous occuper autour de Saint Pancras, c’est parce que mon dernier voyage à Londres s’est achevé sur une belle mésaventure. En cause ? Je me suis tout simplement fait refuser l’embarquement à bord de mon train Eurostar. Il faut savoir qu’Eurostar vous demande d’arriver une demi-heure avant le départ de votre train. Ce qu’on ne vous dit pas, c’est qu’il faut en plus compter avec la file interminable qui se forme quotidiennement pour le check-in.

Du coup, quand je suis arrivé à la gare de Saint-Pancras, j’ai perdu un temps inattendu à faire la queue et on m’a finalement fait sortir de la file quand il ne restait plus que 30 minutes avant le départ de mon train. On m’a simplement redirigé vers le bureau Eurostar, où on est censé vous proposer une place sur le train suivant pour la modique somme de 30 livres. Sauf que, dans mon cas, j’étais à Londres lors d’un week-end assez chargé au niveau trafic ferroviaire et il ne restait aucune place dans le train suivant ni même dans celui d’après. Rien avant le dernier train du jour, soit sept heures plus tard, et en première classe qui plus est ! Non, on ne m’a pas offert la première classe, j’ai dû payer un supplément au supplément. Bref, j’ai dû occuper sept heures à proximité de la gare de Saint-Pancras et ce qui partait comme une fin de séjour catastrophique a amené son lot de belles découvertes.

1. Rendre visite à Harry Potter

Loin du réalisme déprimant offert par Eurostar, il est possible de faire escale dans le monde magique de Harry Potter à deux pas de la gare de Saint-Pancras. Celle-ci se trouve en effet juste à côté de celle de King’s Cross, dont le nom sera forcément familier aux aficionados du jeune sorcier anglais. Chacun des livres de la saga de J.K Rowling commence par le départ pour Poudlard, l’école des sorciers, depuis la voie 9 3/4 de la gare de King’s Cross. S’il ne faut pas espérer apercevoir le fameux Poudlard Express, on peut toujours admirer le clin d’oeil tout britannique qui a été fait aux fans.

Platform 9 3/4

Entre Saint-Pancras et King’s Cross, il n’y a qu’un passage piéton à traverser. On pénètre ainsi aussitôt dans la gare et, en suivant les numéros de voie, on arrive à un mur de brique tout ce qu’il a de plus solide mais qui laisse dépasser la moitié d’un chariot à bagages, comme s’il avait été figé au milieu de sa traversée vers le quai d’embarquement du Poudlard Express.

A post shared by Remy Hespel (@remyhespel) on

Chose amusante, le chariot à bagage a changé d’emplacement depuis la dernière fois que je lui avait rendu visite, en 2008, au gré de l’agrandissement de la gare de King’s Cross. Chose moins amusante, le chariot rencontre beaucoup plus de succès que lors de mon précédent passage et il faut maintenant faire la file pour espérer pouvoir être pris en photo devant le fameux mur. Une boutique dédiée au merchandising Harry Potter a même ouvert à côté, permettant de s’équiper aux couleurs de Gryffondor, Serdaigle, Poursouffle ou Serpentard selon vos affinités.

Pour poursuivre le voyage dans le monde des sorciers, retournez à l’extérieur de la gare. Sur le Pancras Square trône une grande structure métallique à l’intérieur de laquelle on retrouve une balançoire. J’ai dû prendre un peu de recul pour me rendre compte qu’il s’agissait en fait de la cage d’Hedwige, la chouette de Harry, mais un peu agrandie de manière à ce que chacun puisse y prendre place. Forcément, les enfants adorent !

King's Cross, London

A la nuit tombée, elle s’illumine même aux couleurs de l’arc-en-ciel !

2. A travers un tunnel lumineux

Les gares de Saint-Pancras et de King’s Cross sont aussi liées par l’unique station de métro qui les dessert toutes deux, et qui possède de multiples entrées. La plus récente d’entre elle ne se contente pas d’être un banal accès au tube londonien mais prend pour décors un tunnel lumineux de quatre-vingt dix mètres de long. Les couleurs changent au fur et à mesure qu’on passe à travers, offrant un voyage onirique avant d’embarquer pour de bon à bord du métro.

J’ai mis un certain temps à trouver la bonne entrée. A vrai dire, j’ai fait tout le tour de la gare de King’s Cross avant de me rendre compte qu’elle n’était qu’à quelques mètres à peine de mon point de départ. Si vous la cherchez, sachez qu’elle se trouve au numéro un du Pancras Square, un immeuble facilement reconnaissable par ses colonnades au style très organique. L’accès se fait sur le flanc, par des escalators. Le tunnel n’est pas très fréquenté et on peu prendre tout son temps pour le parcourir et y rêvasser.

One Pancras Square / looking up

3. Se recueillir à la St Pancras Old Church

Dans le rayon Londres insolite, je vous propose d’aller faire un tour à la vieille église de Saint-Pancras, ou plutôt dans le cimetière qui l’entoure. C’est là en effet qu’on peut retrouver une tombe des plus inhabituelles, ou un ensemble de tombes – je ne sais pas vraiment comment désigner l’ouvrage en fait. Un frêne se dresse au milieu de dizaines de tombes, empilées les unes sur les autres sans réelle logique.

Plus personne n’est enterré dans ce cimetière depuis 1854, époque à laquelle il fallu exhumer plusieurs tombes et en déplacer les occupants afin de permettre à une voie de chemin de fer de passer sur les terres de l’église. La tâche fut confiée à l’architecte Arthur Blomfield qui la délégua à son assistant Thomas Hardy. C’est à ce dernier qu’on doit l’érection de cet arbre au milieu des tombes, dont certaines commencent à s’imbriquer naturellement dans ses racines. Une œuvre en perpétuelle évolution qu’on a depuis surnommée The Hardy Tree.

Pour la petite histoire, Thomas Hardy est aussi un écrivain célèbre, auquel on doit notamment “Loin de la foule déchaînée”.

St-Pancras Old Church
Pancras Road, Camden Town – London, NW1 1UL – Site internet.

4. Où manger le meilleur hamburger de Londres ?

C’est presque par hasard que je me suis retrouvé attablé chez Honest Burger. Après avoir bien crapahuté, je cherchais un endroit où manger, pas trop loin de la gare, et c’est tout naturellement que l’adresse s’est affichée dans les premiers résultats de mon téléphone. Il s’agit en fait d’une chaîne bien implantée à Londres, puisqu’elle compte plus d’une vingtaine de restaurants. J’ai immédiatement accroché à la philosophie affichée du fait-maison : des pommes de terre au thé glacé en passant par les hamburgers évidemment, tout est préparé sur place. Même la viande, puisque les gens des Honest Burgers sont devenus leurs propres bouchers pour aussi maîtriser cet aspect crucial de leur job.

J’ai été très bien accueilli à l’adresse de King’s Cross, ayant droit au passage à un service à moitié francophone puisque mon plat m’aura été servi par un expatrié français. Le menu n’est pas extravaguant, puisqu’il ne compte que sept burgers (dont un végétarien et un autre au poulet) mais suffira largement à ceux qui, comme moi, se satisfont de burgers classiques. A partir du moment où il y a du fromage, du lard et des oignons rouges, on ne peut pas trop se tromper…

J’avoue que la dégustation de mon burger m’a un peu réconcilié avec Eurostar. Savoir que je serai passé à côté de ce qui est sans nul doute l’un des meilleurs burgers de Londres si je n’avais pas raté mon train avait quelque chose de réconfortant. Les frites, souvent le parent pauvre des restaurants spécialisés en hamburgers, m’ont aussi séduit, ce qui mérite d’être souligné. Un sans faute !

Honest Burger
251 Pentonville Rd – London N1 9NG
Ouverts tous les jours, de 11h30 à 23h00.
www.honestburgers.co.uk

Après avoir traîné mes guêtres dans tout le quartier, j’ai enfin repris le chemin de la gare et du terminal Eurostar. Un peu inquiet à l’idée de rater à nouveau mon train, je me suis présenté plus d’une heure et demie à l’avance, et bien m’en a pris. J’ai à nouveau dû faire la file pendant une heure pour passer le check-in, puis la douane. Pas de problème cette fois, j’étais bien à l’heure. Mais comble de l’ironie, mon train, lui, ne l’était pas. Non seulement l’embarquement s’est fait avec cinq bonnes minutes de retard, mais en plus, on nous a fait patienter une vingtaine de minutes à bord pour attendre des passagers coincés au check-in. Un comble quand on m’avait refusé ce même privilège sept heures plus tôt !

Conclusion, en prenant l’Eurostar pour aller à Londres cette fois, j’ai eu l’impression d’avoir droit à un service low-cost quand le tarif ne l’était certainement pas. La mésaventure m’aura définitivement donné envie de prendre l’avion pour ma prochaine visite à la Reine et je ne peux que vous inviter à prendre vos dispositions pour que vous ne viviez pas une expérience identique à la mienne. Mais si jamais c’était tout de même le cas, vous aurez au moins quelques idées pour vous occuper autour de Saint-Pancras !

Laisser un commentaire