Le Terminal

Mon premier voyage : l’Irlande

Premier marqueur de temps, une page internet contenant des infos sur l’Irlande, enregistrée en juillet 2002. Alors, pourquoi cet engouement pour l’Irlande ? Premier réflexe logique : simple attirance pour ce que produit l’Irlande, une musique harmonieuse et entraînante, d’abord découverte par le biais de U2, puis Gemma Hayes, Damien Rice, Cara Dillon et tant d’autres.

Et puis, l’Irlande, c’est l’image d’un pays haut en couleurs qui est d’abord évoqué, un pays où le vert domine, où les gens sont accueillants, où la bière est tellement appréciée qu’on l’accuse d’être la cause des problèmes économiques. Ce serait pour ces raisons que l’Irlande serait si attrayante, pour sa bière, sa musique et ses verts pâturages ? Non.

ça fait aujourd’hui près d’un an que cette réponse ne me suffit plus. Vouloir y aller à tout prix est vraiment un sentiment étrange, surtout lorsque cette idée prend place dans ma tête jusqu’à devenir la seule, omniprésente. Une idée fixe, mais aussi une idée prédatrice. Elle surprend les autres au bord de la rivière, lorsqu’elles s’abreuvent tranquillement, et les tuent sauvagement pour s’en nourrir jusqu’à la moindre miette. Pourquoi ?

Il est 22h50, je suis assis sur un banc de l’aéroport, à regarder les dernières personnes à l’arrivée être accueillies par leurs proches, et c’est pour cette raison que j’ai décidé de commencer. Au risque de paraître mystique, je l’expose ainsi ; je ne sais absolument pas pourquoi je veux aller en Irlande. J’en suis venu à penser que c’est un coup du destin, que je dois trouver quelque chose là-bas. Plusieurs personnes de mon entourage ont naïvement suggéré « l’amour ? » ce à quoi mon esprit faisait sombrement écho par « ou la mort ». Ce que je vais chercher, au pire, sera un signe, une idée, bref, sera déterminant, je l’espère. Je dois forcément y trouver quelque chose, ou comprendre quelque chose, puisque toutes les conditions ont été réunies pour que je partes. Rien de ce qui aurait pu, aurait dû m’en empêcher de partir a disparu, aussi complexe qu’aient été les conditions.

Il y a quelque chose que en Irlande, quelque chose que je dois prendre ou faire, peut-être une mission, mais tant qu’à faire, je préférerais « l’amour ? ».

Maintenant que ceci est précisé, il est 23h00 et je suis toujours sur un banc à l’aéroport. Pourquoi ? J’avais au départ eu l’idée de traverser l’Irlande à pied, découvrir le pays en la parcourant d’un bout à l’autre. Deux choses m’ont découragé : n’avoir que trois semaines sur place, c’était trop peu pour réussir ce projet. Surtout, mon sac est extrêmement lourd. Trimballer ce sac derrière moi aurait vite limité ma randonnée à Dublin si ce projet avait été maintenu. Je pense que je voyagerais plutôt en train.

Toujours est-il que mon sac est trop lourd, et si mon projet d’aller de la gare à l’aéroport en bus s’est bien passé, mon trajet de l’aéroport à un hypothétique hôtel a tourné court. Je n’avais rien réservé, je n’avais pas d’adresse en tête et je me disais qu’il devait bien y avoir des hôtels autour de l’aéroport de Bruxelles Sud (à Charleroi). Au bout d’une demi-heure de marche, dans le noir, à côté d’une nationale, la lanière de mon sac me tailladant l’épaule et ne voyant aucune enseigne à l’horizon, j’ai dû me rendre à l’évidence et faire demi-tour pour m’installer à la cafétéria de l’aéroport. Tant pis pour l’hôtel, je passerais là une nuit blanche.

Mais ce projet fut aussi contrarié. Cette même cafétéria a fermé une demi-heure après mon arrivée. Me voilà donc dans l’aéroport avec deux ou trois dizaines de personnes de différentes nationalités (deux allemandes conversent à quelques mètres de moi), condamné à passer une nuit blanche sur un banc, sans rien à lire (note pour les futurs voyageurs : prévoyez toujours un livre, voire un truc à tricoter), jusqu’à 7h00, heure de l’ouverture du comptoir de mon vol.

Dieu que je sens que je vais m’amuser !

Lire la suite : Arrivée à Dublin.

2 Replies to “Le Terminal”

  1. […] de son nez et je me décide à me balader un peu, à la recherche un bookshop (note au voyageur : ma première note n’était pas une blague, un bouquin est vraiment essentiel) avec l’idée de dégotter […]

  2. […] que je pensais avoir eu un bon aperçu de l’Irlande lors de mon premier voyage en solo là-bas, mes séjours ultérieurs n’ont fait que me détromper. A chaque fois que […]

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.